Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etude évangile de la "surgrâce" (1ère partie)

Publié le par PERSCH Emanuel

Etude évangile de la "surgrâce"  (1ère partie)

Je vous propose une première étude sur la fausse doctrine répandue dans certains milieux chrétiens selon laquelle tout le monde sera sauvé! Rien n'est plus faux et pernicieux...

Cette étude sera divisée en trois parties issues du premier chapitre de mon deuxième livre :

" L’Église de Christ face aux fausses doctrines" (éditions l'Oasis)

Je vous souhaite bonne lecture.

INTRODUCTION :

« On ira tous au paradis » chantait Michel Polnareff, il ne pouvait pas être plus dans l’erreur ; d’autant plus qu’il est désormais loin d’être le seul à soutenir cette thèse grossière. Mais d’où vient cette tendance à proclamer que chacun connaitra automatiquement la félicité après sa mort terrestre ?

Un des plus grands dangers de notre génération se trouve dans l’inspiration et l’influence toujours plus croissante du Nouvel Age (New Age en anglais). Les croyances de ce mouvement sont largement inspirées des religions orientales antiques mélangées à des mouvements philosophiques ainsi qu’à des religions païennes ou animistes ; le tout saupoudré d’un semblant de principes bibliques. Cette grande « recette spirituelle » est néfaste pour ceux qui la suivent car elle force les gens à s’engager sur le chemin de la facilité et à faire déni de l’œuvre de la croix de notre Seigneur Jésus Christ de Nazareth. Ce dernier n’y devient plus qu’une sorte de maître spirituel confondu avec le maitreya bouddhiste, c’est-à-dire un nouveau bouddha qui devrait revenir sur Terre instaurer une nouvelle ère… Le Nouvel Age renie l’idée de Dieu comme créateur universel, pour instaurer l’idée que le divin est une expérience à faire personnellement, ainsi « Dieu » peut être trouvé en soi-même. Les notions de bien et de mal n’existent pas, les œuvres humaines étant le résultat de l’illumination ou de l’ignorance de chacun. Le but étant de se réincarner sous une forme meilleure que la précédente . Ainsi, il n’est pas question de parler de jugement ou d’enfer, chacun se sentant libre de ses faits et gestes. Ce courant démoniaque (car il encourage de surcroît à la pratique de l’occultisme et autres abominations) semble guider l’humanité vers une religion mondiale résultant de la « pensée unique » qui sera dirigée par le faux prophète dont il est question dans l’Apocalypse à partir du chapitre 16.

Le rapport entre tout ceci et le thème du chapitre est que malheureusement, force est de constater que même certains chrétiens sont influencés par le Nouvel Age ; malgré ce qu’ils voudront bien admettre. En effet, ce courant gangrène sournoisement l’Eglise de Christ, et si vous pensez être chrétien alors que soutenez que tout le monde sera sauvé et qu’il y a du bon dans toutes les religions ; il est impératif que retourniez aux bases doctrinales car vous vous mettez vous-même en danger !

Quels sont ceux qui seront donc sauvés selon ce que nous enseigne la Parole de Dieu ?

1) Croire dans le nom de Jésus Christ et en l’œuvre de la croix :

Alors que Jésus prenait la cène avec les apôtres et sachant ce qui allait arriver concernant la trahison de Juda Iscariot et les souffrances par lesquelles il devait passer pour le rachat des péchés de la multitude, il se mit à les exhorter. Dès le début du chapitre 14 de l’Evangile de Jean qui nous relate ces faits, Jésus appelle les apôtres à croire en Dieu et en lui-même et se présente juste après comme étant celui qui réunit l’homme à son Créateur :

Jean 14.6 : « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

Depuis la chute en Eden, la créature et le Créateur n’étaient plus en totale communion à cause de la transgression et du péché. Jésus, par son sacrifice et par son sang nous réconcilie avec le Père céleste. En effet sous la Loi, les israélites qui commettaient une transgression devaient offrir des sacrifices d’animaux pour obtenir le pardon divin. Jésus étant venu pour accomplir la Loi, s’est offert lui-même comme l’agneau parfait accomplissant l’ultime sacrifice pour racheter les péchés de l’humanité ; mais seuls ceux qui croient en lui et le servent bénéficient de la grâce de son œuvre.

Jean 3.16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. »

Ses disciples véritables voient leurs péchés effacés et Dieu nous fait même savoir qu’il ne souviendra même plus de nos péchés.

Colossiens 2.13-14 : « Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix. »

Hébreux 8.12 : « Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés. »

Jésus est donc le chemin qui nous conduit vers le Père et le Royaume des Cieux. Il est la vérité car tout ce qui a été annoncé d’avance par les prophètes de l’Ancien Testament à propos du Messie d’ Israël s’est accompli par la personne de Jésus-Christ de Nazareth (voir notamment les écrits d’Esaïe et les psaumes de David où les prophéties relatives au Christ sont nombreuses). Et aussi parce qu’il parlait non de son propre chef, mais selon ce que le Père lui demandait de dire (Jean 12.49) et ce dernier honorait son obéissance en lui donnant le pouvoir d’accomplir toutes sortes de miracles, rendant témoignage à la vérité.

Et il est la vie car il a tout accompli à la croix et offre la vie éternelle à ceux que le Père lui a donnés. En effet, c’est Dieu qui donne les disciples à Jésus et les attire à lui par sa Parole, cela ne vient pas de nous-mêmes (Jean 6.44). Certes, il appartient à chacun de choisir de s’engager ou non avec Christ, mais ce choix arrivera toujours suite à une volonté divine pouvant se manifester sous différentes formes (par une prédication, une démonstration de la puissance de Dieu, une vision, un songe, un témoignage selon l’Esprit…)

Nous sommes ainsi appelés à croire en lui et en lui seul pour recevoir toute la grâce et les bénédictions de Dieu dont la première et la plus grande est le salut. Ne faisons pas comme ces faux disciples qui veulent faire croire que Jésus n’est pas le seul chemin ou que toutes les religions mènent à Dieu.

Actes 4.12 : « Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »

Nous ne pouvons être frères spirituellement avec un bouddhiste, un musulman ou adepte de toute doctrine qui renie que Jésus de Nazareth est le fils de Dieu envoyé sur la terre pour le rachat des péchés de l’humanité (voir fausse doctrine IX). D’ailleurs, nous ne prions pas le même dieu que ces gens ; aussi les rapprochements entre les différentes religions (telle la rencontre d’Assise du 27 octobre 1986 sur l’initiative du pape catholique Jean-Paul II) semblent inconcevables bibliquement et paraissent même dangereux car ils ont amenés beaucoup de personne à croire que chaque religion est dans la vérité. La Bible est claire et Jean résume tout dans les versets suivants issus de sa première épître.

1Jean 2.22-23 : « Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. »

Jean n’affirme pas que celui qui nie la divinité de Jésus-Christ est l’antéchrist dont il est question dans Apocalypse 13-11 (appelé l’ « autre bête »), mais il veut dire par là, que les deux sont animés du même esprit !

Jésus de Nazareth est l’unique sauveur de l’humanité, il a notamment insisté sur ce point pour que cette notion soit ancrée en nous et que nous ne nous égarions pas en suivant de faux docteurs ou de faux christs.

Jean 17.1-2 : « (…) Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. »

Jean 6.47 : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. »

Jean 11.25-26 : « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »

Le Seigneur nous a assurés de nous donner la vie éternelle à nous qui avons foi en lui. L’idée que celui qui croit en lui ne mourra jamais est à comprendre au sens spirituel : en effet, nos esprits ne mourront jamais. Nos corps charnels eux mourront (mort physique ou première mort), mais seront amenés à ressusciter pour devenir incorruptibles et immortels ; alors que ceux qui auront rejeté Christ et les faux disciples seront jetés en enfer (la seconde mort).

Apocalypse 20.14 : « Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu. »

Les disciples authentiques de Christ qui vivront son retour et l’enlèvement de l’Eglise verront leurs corps changés en un instant passant de la nature corruptible à l’état d’incorruptibilité. Ainsi, tous les véritables enfants de Dieu depuis les origines revêtiront un corps glorieux comme celui de notre Seigneur Jésus pour l’Eternité. Tout ceci est écrit en 1Corinthiens 15.50-54 et en 1Thessaloniciens 4.13-17. Nous devons être conscients que tous les êtres humains : enfants de Dieu et les autres ressusciteront pour l’éternité ! Seule la destination des uns et des autres sera différente.

Jean 5.29 : « Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. »

Commenter cet article