Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES DONS SPIRITUELS (5eme partie) : LA FOI

Publié le par PERSCH Emmanuel

« à un autre, la foi, par le même Esprit ;… »

« à un autre, la foi, par le même Esprit ;… »

De la Genèse à l’Apocalypse, la Bible nous parle de foi, mais elle ne la définit qu’en un seul endroit :

 

Hébreux 11 : 1 « Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

 

Ce verset nous enseigne plusieurs choses : la foi concerne le moment même, elle est au présent, tandis que l’espérance est au futur ; la foi c’est croire avant de voir, finalement, la foi amène la réalisation de ce qui est objet de foi ; la foi est active, et non passive ; c’est la foi en action !

Dans ce monde, la foi naturelle est la confiance en quelque chose ou en quelqu’un que l’on peut voir, entendre ou toucher. « Voir c’est croire. » Mais la foi véritable, qui vient d’Elohîm, est surnaturelle, elle dépasse les sens naturels.

 

Cette foi surnaturelle a trois aspects :

 

+ Il y a d’abord la foi qui sauve :

 

Hébreux 11 : 6 « Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. »

 

+ Il y a ensuite la foi en tant que fruit de l’Esprit :

 

Galates 5 : 22 « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, LA FOI [fidélité], la douceur, la maîtrise de soi. »

 

C’est le résultat de notre salut : l’union avec Christ. Notre foi en Jésus est l’œuvre de l’Esprit Saint, et c’est lui qui alimente la foi tout au long de notre vie chrétienne. Notre part est d’être réceptif. La foi fruit de l’Esprit se développe avec le temps :

 

Matthieu 9 : 29 « Qu’il vous soit fait selon votre foi… »

 

Marc 9 : 23 « Tout est possible à celui qui croit… »

 

+ Il y a enfin le don de foi [ou charisme de foi].

Celui-ci est présent dans le disciple de Christ dès le moment où il reçoit Jésus, mais, comme les autres dons, il devient plus actif après le baptême dans l’Esprit Saint.

A la différence du fruit, il est donné instantanément. Il s’agit d’un élan de foi soudain, en général dans des moments difficiles, qui nous fait croire sans l’ombre d’un doute que telle chose va se réaliser, alors que nous agissons ou parlons au nom de Jésus. Le mot « confession » vient des deux racines grecques homo logos, qui signifie « dire la même chose » que la Parole de Dieu. Le don de foi en paroles, c’est confesser, sous la direction de l’Esprit, ce qu’Elohîm dit. L’Evangile nous en donne l’illustration suivante :

 

 

Marc 11 : 22 « Jésus leur répondit : Ayez foi en Elohîm. » La traduction littérale du grec est : « ayez la foi de Dieu. »

 

Matthieu 17 : 20 « C’est à cause de votre petite foi, leur dit Jésus. En vérité je vous le dis, si vous avez de la foi comme un grain de moutarde, vous direz à cette montagne : transporte-toi d’ici-là, et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible. 21 [Mais cette sorte (de démon) ne sort que par la prière et par le jeûne.] »

 

Le prophète Elie est un exemple frappant de ce don. Le prophète apparaît soudain dans 1 Rois 17 : 1, et annonce au roi d’Israël Achab, le roi le plus pervers qu’Israël ait jamais connu : « l’Eternel, Dieu est vivant, le Dieu d’Israël, dont je suis le serviteur ! Il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole. »

Et c’est ce qui arriva ! Le prophète Elie a vécu à un niveau de foi très élevé, même si nous savons qu’il y a eu un moment dans sa vie où sa foi s’effondra presque totalement, 1 Rois 19 : 3.

Nous trouvons un autre exemple du don de foi dans la vie du prophète Daniel, lorsqu’il fut dénoncé par les princes jaloux et condamné à être jeté dans une fosse remplie de lions affamés. Il ne prononça aucune parole mais se confia simplement en Elohîm, et les lions ne lui firent aucun mal. Daniel 6 : 17-28.

Dans le Seigneur Jésus-Christ, le fruit et le don de foi se confondent totalement, car il vivait toujours au sommet de la plénitude de la foi en son Père. Les Evangiles abondent en exemples démontrant sa grande foi :

Jésus calme la tempête : Marc 4 : 35-41.

 

V39 « Il se réveilla, menaça le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi [sois muselée].Le vent cessa et un grand calme se fit. 40 Puis il leur dit : Pourquoi avez-vous tellement peur ? Comment n’avez-vous pas de foi ? »

 

La multiplication des pains : Marc 6 : 30-44.

Le don de foi se distingue du don des miracles, bien qu’il puisse produire des miracles. Si, dans leur barque battue par les flots, les disciples étaient restés calmes et confiants malgré le danger, ils auraient manifesté le don de foi. Mais en fait, Jésus dut calmer la tempête par un miracle.

Si, dans la fosse aux lions, le prophète Daniel avait tué d’un geste ces animaux dangereux, il aurait exercé le don des miracles. Mais il demeura intact en présence des lions bien vivants, faisant preuve d’une foi encore plus grande.

Nous pouvons voir les mêmes choses se passer chez les disciples du Christ dans tout le Nouveau Testament.

La résurrection de Dorcas ou Tabitha par l’apôtre Pierre : Actes 9 : 40.

La libération de l’apôtre Pierre qui mit sa foi en action : Actes 12.

Aujourd’hui le don de foi se manifeste dans bien des lieux hostiles ou non à l’Evangile de Jésus-Christ. Par des réveils spirituels, des résurrections, des événements dramatiques suspendus par le seul don de foi…

 

Témoignage d’un missionnaire de la Mission anglaise « ELIM » en Tanzanie :

 

Une assemblée autochtone s’était réunie pour le culte de Pâque, lorsqu’une lionne enragée sortit brusquement de la jungle dans un accès de folie, attaquant tout ce qui se trouvait sur son chemin. Elle tua plusieurs animaux domestiques, puis une femme et un enfant, et se dirigea tout droit sur les croyants assemblés.

L’assistance vit soudain la lionne. Elle s’était arrêtée à quelques mètres, grondant férocement. Tout le monde tremblait de terreur ! Le prédicateur cria : « N’ayez pas peur ! L’Elohîm qui a sauvé le prophète Daniel des lions est ici – le Christ ressuscité de Pâque est ici ! » Il se tourna vers la lionne et cria : « Toi, lion, je te maudis au nom de Jésus-Christ ! »

Alors, la chose la plus inattendue et la plus extraordinaire se produisit : provenu des nuages dispersés qui n’indiquaient aucun signe de pluie, un éclair frappa la lionne qui tomba morte. Le prédicateur sauta alors sur la carcasse de la lionne foudroyée et s’en servit d’estrade pour prêcher ! Non seulement des vies furent sauvées, mais le village entier fut touché, et 70 personnes donnèrent leur vie au Seigneur Jésus.

Le niveau de foi auquel nous sommes, peut s’élever ou s’abaisser. Parfois, nous nous trouvons fort dans la foi ; l’Esprit Saint en nous est libre de travailler à sa guise, et des choses merveilleuses surviennent dans nos vies.

A d’autres moments, les obstacles, les doutes, les craintes et les « débris » que l’Esprit Saint s’efforce d’enlever de nos âmes obstruent le passage, et nous sommes incapables de voir ce que Jésus voit, d’entendre sa Parole et d’accomplir sa volonté.

Certains disciples du Christ agissent toujours à un niveau de foi élevé, tandis que d’autres ont souvent du mal à agir avec foi.

 

Romains 12 : 3 « Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun d’entre vous de ne pas avoir de prétentions excessives et déraisonnables, mais d’être assez raisonnables pour avoir de la modération, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a  départie. »

 

Nous avons tous une mesure de foi au départ de notre vie en Christ, qui correspond à nos capacités du moment. Cependant les uns grandissent dans la foi, tandis que d’autres stagnent, mais le choix nous incombe. Elohîm a toujours plus en réserve pour ses enfants ; ses ressources sont illimitées.

Bien que le don de foi puisse être actif de temps à autre dans notre vie, par l’action de l’Esprit Saint, nous ne devrions pas être surpris d’expérimenter aussi des moments de doute. Cela devrait seulement nous servir à nous rappeler ce verset :

 

Philippiens 2 : 13 « Car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. »

 

Attendons-nous à ce que notre Seigneur Jésus-Christ manifeste ce merveilleux don de foi par notre canal, tout comme nous nous attendons aux autres dons.

Les dons de puissance (foi, miracles, guérisons) peuvent se manifester souvent ensemble, se complétant et se mettant mutuellement en valeur.

 

Matthieu 10 : 8 « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçus gratuitement, donnez gratuitement. »

 

Pour exécuter cet ordre, les trois dons de puissance sont nécessaires : les dons des guérisons, pour guérir les malades et purifier les lépreux ; les dons de foi, des miracles et des guérisons pour ressusciter les morts, chasser les démons…

 

pasteur Alain TRICHARD

 

source : https://www.pasteurdaniel.com/index.php/dons-spirituels/1233-1058

Commenter cet article