Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES DONS SPIRITUELS (7eme partie) : le don d’opérer des miracles

Publié le par PERSCH Emmanuel

1Corinthiens 12.10 : (...) à un autre le don d'opérer des miracles ...

1Corinthiens 12.10 : (...) à un autre le don d'opérer des miracles ...

Définition : L’expression grecque energhmata dunamewn signifie : opérations spectaculaires, actes de puissances, les efficacités miraculeuses.

Le mot « miracle » vient du grec dunamewn qui a donné en français : « dynamite », « dynamique ». La dynamite est un explosif ; sa puissance est extrême. On s’en sert pour déplacer de grands rochers, creuser des galeries, démolir de vieux bâtiments, et pour bien d’autres travaux encore.

dunamewn (pluriel) = la capacité d’accomplir des miracles, ou, avec les meilleurs manuscrits : dunameoV = les effets de la puissance, c’est-à-dire les résultats de la puissance divine dans le ministère des disciples de Christ…

Ce mot est utilisé dans l’expression « opérer des miracles » ; « des opérations de miracles » (Darby) ; littéralement : « des mises en œuvre de miracles », et il indique une puissance surnaturelle permettant de réaliser des choses qui seraient autrement impossibles. Le don d’opérer des miracles est une manifestation surnaturelle de la puissance de Dieu qui modifie, suspend (c’est-à-dire met de côté), ou contrôle d’une manière ou d’une autre les lois de l’univers.

Les miracles que nous trouvons dans la Bible furent accomplis pour répondre aux besoins des hommes et pour leur montrer que Dieu existe et qu’Il est le Maître Souverain de l’univers et dans l’univers sur toute situation !

Tout miracle est la manifestation du pouvoir surnaturel de Dieu. Dieu n’est pas prisonnier des lois qu’il a données à l’univers. Dieu peut intervenir directement et suspendre ces lois pour accomplir son dessein – tout comme l’ingénieur d’une machine automatisée peut intervenir manuellement dans les mécanismes ou les circuits pour réparer, entretenir ou modifier un mode de fonctionnement.

En grec, il y a trois mots synonymes, pouvant être traduit par le mot « miracle ». Toutefois, ils expriment une idée légèrement différente.

 

Ces trois mots sont :

 

1)  shmeion = « signe », « indice », « marque », preuve de la présence et de la manifestation de la puissance divine.

 

1 Corinthiens 14 : 22 « Par conséquent, les langues sont un signe

 

Marc 16 : 17 « Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : En mon nom… ils parleront de nouvelles langues…20 Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la parole par des signes qui l’accompagnaient. »

 

Actes 8 : 13 « Simon lui-même crut aussi et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe et voyait avec étonnement les grands signes et miracles qui se produisaient. »

 

Le miracle est « signe ». Son but est d’authentifier le messager comme envoyé de Dieu.

 

Exode 4 : 2 « L'Eternel, Dieu lui dit : Qu’y a-t-il dans ta main ? Il (Moïse) répondit : un bâton. 3 l’Eternel Dieu dit : jette-le par terre. Il le jeta par terre, et cela devint un serpent. Moïse s’enfuit devant lui. 4 L'Eternel Dieu dit à Moïse : Etends ta main et saisis-le par la queue. Il étendit sa main et le saisit : et cela redevint un bâton dans sa main. 5 C’est afin qu’ils croient que l'Eternel Dieu, le Dieu de leurs pères, t’est apparut, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob… 8 S’ils ne croient pas, et ne prêtent pas attention au premier signe, ils croiront à ce dernier signe. 9 S’ils ne croient pas même pas à ces deux signes et n’écoutent pas ta voix… »

 

Ainsi, Jésus a cité les guérisons et les résurrections des morts qu’Il accomplissait comme des preuves de sa messianité aux envoyés de Jean le Baptiseur :

Luc 7 : 22 « Et il leur répondit : Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles recouvrent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. » Jean 5 : 36 « Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais témoignent de moi que le Père m’a envoyé. »

Cela vaut aussi pour les apôtres :

 

1 Corinthiens 12 : 12 « Les signes distinctifs de l’apôtre ont été vu à l’œuvre au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles. »

 

Hébreux 2 : 3 « Comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut ? Ce salut, annoncé à l’origine par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, 4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, des miracles variés et par des communications du Saint-Esprit selon sa volonté. »

 

2) teraV = « prodiges », « une merveille », « une chose étonnante ». Il est toujours au pluriel dans la Nouvelle Alliance et en général accompagné du mot shmeion = « signe. »

 

Actes 7 : 36 « C’est lui (Moïse) qui les fit sortir, en opérant des prodiges et des signes au pays d’Egypte, à la mer Rouge et au désert, pendant quarante ans. »

 

3) dunamiV = « pouvoir », « manifestation de puissance ».

Actes 2 : 22 « Israélites, écoutez ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme approuvé d’Elohîm devant vous par les miracles, les prodiges et les signes que Dieu a faits par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. »

 

La différence entre les trois dons de puissance que sont la foi, les dons des guérisons et les miracles est la suivante : les guérisons comprennent les actes de puissance qui entraînent les guérisons de toute forme de maladie, d’handicape, de souffrance, de mutilation, de la mort même dans le corps d’un être vivant, soit homme, soit animal. Les autres manifestations de puissance sont classées dans la catégorie des miracles, mais pour certaines de ces manifestations, au-delà de la foi, le don de foi est nécessaire !

 

Illustrations bibliques :


 Quelques miracles dans l’Ancienne Alliance :

LES DONS SPIRITUELS (7eme partie) : le don d’opérer des miracles

 

  1. Israël traversa la mer des Joncs à pied sec, Exode 14 : 21-28.
  2. Moïse fit jaillir l’eau du rocher, Exode 17 : 1-6.
  3. Josué fit arrêter le soleil dans sa course, Josué 10 : 12-1
  4. Samson déchira un lion a mains nues, Juges 14 : 6.
  5. Samson à l’aide d’une mâchoire d’âne fraîche tua 1000 Philistins, Juges 15 : 14-15
  6. L’huile et la farine de la veuve qui ne diminuèrent pas sur la parole du prophète Elie, pendant toute la durée de la famine, 1 Rois 17 : 8-16
  7. Elie pria et le feu descendit du ciel, 1 Rois 18 : 37-38
  8. Elisée fit revenir un fer de hache à la surface de l’eau, 2 Rois 6 : 1-7.
  9. Le soleil reculant de dix degrés sur le cadran solaire d’AHAZ, preuve de la guérison du roi Ezéchias, en réponse à la prière du prophète Isaïe, 2 Rois 20 : 8-11.
  10. Le potage empoisonné qui devint inoffensif par l’acte de foi du prophète Elisée,

2 Rois 4 : 38-41.


 Quelques miracles dans la vie de Jésus :

LES DONS SPIRITUELS (7eme partie) : le don d’opérer des miracles

 

  1. Jésus changea l’eau en vin, Jean 2 : 1-1
  2. Jésus calma la mer agitée, Matthieu 8 : 23-26.
  3. Jésus et l’apôtre Pierre marchèrent sur les eaux mouvementées, Matthieu 14 : 22-31.
  4. Jésus nourrit une multitude de personnes grâce au repas d’un jeune garçon, (5 pains d’orge et deux poissons) Jean 6 : 5-1
  5. Jésus ressuscita un homme d’entre les morts, Jean 11 : 1-44.

 

 Quelques miracles dans la première Assemblée d’Elohîm :

 

Nous pouvons expliquer les miracles de l’Ancienne Alliance en considérant le fait que la plupart d’entre eux furent accomplis par des grands prophètes. Les miracles de Jésus, eux, peuvent être expliqués par le fait qu’Il est le Fils unique de Dieu.

Quant aux miracles du livre des Actes des Apôtres, ils doivent être expliqués d’une manière différente, car se sont des personnes ordinaires, des artisans pêcheurs, des fonctionnaires (percepteurs de taxes et d’impôts) et d’autres encore qui les accomplirent. Comment de tels hommes pouvaient-ils accomplir de tels miracles ?

Derrière chacun de ces miracles réside un fait de la plus haute importance : à travers ces hommes ordinaires agissait la dunamiV de l’Esprit Saint. Cette puissance de l’Esprit de Dieu agit souvent dans le but d’ôter les obstacles à la propagation de l’Evangile de Jésus-Christ. Elle agit aussi comme lettre de recommandation, comme preuve et approbation divine à l’égard de l’envoyé.

 

Plusieurs miracles nous sont rapportés dans le livre des Actes des Apôtres :

 

       1.Evasion d’une prison, Actes 5 : 17-20

       2.Résurrection de Tabitha ou Dorcas, 9 : 36-41

       3.Nouvelle évasion, 12 : 5-17

       4.un ennemi de l’Evangile est frappé de cécité, 13 : 6-11

       5.Aucun problème de santé suite à la morsure d’un serpent, 28 : 1-6

       6.Matthieu 28 : 18 « Jésus s’approcha et leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. »

 

Jésus est omnipotent comme son Père. Grâce au don d’opérer des miracles, l’Esprit Saint manifeste la puissance du Père et du Fils par l’intermédiaire de leurs disciples. La toute puissance de Dieu permet à l’impossible de se produire.

 

Les miracles sataniques et démoniaques :

LES DONS SPIRITUELS (7eme partie) : le don d’opérer des miracles

 

Il existe une contrefaçon satanique à chaque don de Dieu. Un champignon comestible et un champignon vénéneux ont à peu près le même aspect, qu’un œil exercé remarque immédiatement, mais l’un est un aliment délicieux et l’autre un poison mortel.

La Bible seule peut nous enseigner à discerner, dans le domaine spirituel les « champignons vénéneux ».

 

  • Matthieu 24 : 24 Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, ils opèreront de grands signes et des prodiges, au point de séduire si possible même les élus ».

 

Les vrais miracles de Dieu ne s’accomplissent qu’au travers de ceux qui sont nés de nouveau par la foi en Jésus-Christ. Les disciples de Jésus-Christ ne s’attendent pas aux miracles pour les miracles eux-mêmes, mais parce que Jésus a promis que ceux-ci accompagneraient la vie et le ministère de Ses disciples, et parce qu’ils répondent aux besoins de la propagation de l’Evangile et amènent d’autres personnes à Jésus-Christ.

 

Satan n’est pas tout puissant. Mais nous devons bien nous garder de sous-estimer sa puissance. Les sages et les sorciers de Pharaon imitèrent les miracles de Dieu, toute proportion gardée :

 

Exode 7 : 11 « Mais le Pharaon appela des sages et des sorciers ; et les magiciens d’Egypte, eux aussi, en firent autant par leurs pratiques occultes. 12 Tous, ils jetèrent leurs bâtons qui devinrent des reptiles. Mais le bâton d’Aaron engloutit leurs bâtons. »

 

Il en fut de même avec l’eau changé en sang, et les grenouilles qui se répandirent sur le pays d’Egypte :

 

Exode 7 : 22a « Mais les magiciens d’Egypte en firent autant par leurs pratiques occultes

 

» Exode 8 : 3 « Mais les magiciens en firent autant par leurs pratiques occultes. Ils firent monter les grenouilles sur le pays d’Egypte. »

 

Leur pouvoir s’est arrêté là, montrant ainsi les limites du pouvoir de leur maître

 

Satan : Exode 8 : 14 « Les magiciens employèrent leurs pratiques occultes pour produire les moustiques ; mais ils ne purent pas. Les moustiques étaient sur les hommes et sur les bêtes. 15 Alors les magiciens dirent au Pharaon : C’est le doigt d’Elohîm ! Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta pas Moïse et Aaron, comme l’avait dit l’Eternel Dieu ».

 

Satan est maître de la séduction, de l’illusion et du miracle à sensation :

 

2 Thessaloniciens 2 : 9 « L’avènement de l’impie se produira par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, 10 et avec toutes les séductions de l’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. 11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, 12 afin que soient jugés ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice ».

 

Le livre de l’Apocalypse en particulier parle des prodiges sataniques et démoniaques exerçant une grande puissance de séduction :

 

Apocalypse 13 : 13 « Elle (la bête qui monte de la terre) opère de grands signes jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. 14 Elle séduit les habitants de la terre par les signes… » Apocalypse 16 : 13 « Je vis sortir de la gueule du dragon, de la gueule de la bête et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. 14 Ce sont des esprits de démons, qui opèrent des signes… »

Il ne faut jamais perdre de vue la véritable place du miracle dans l’administration divine. Chacun sait que le premier miracle que Jésus accomplit fut à Cana, lorsqu’il changea l’eau en vin :

 

Jean 2 : 11 « Tel fut à Cana en Galilée, le commencement des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui ».

 

Voilà énoncé très clairement le double but du miracle d’origine divine : manifester la gloire du Seigneur Jésus, et susciter le foi en Lui. Tout ce qui ne répond pas à ces deux critères doit éveiller la méfiance. Le miracle qui glorifie l’homme, ou qui fait croire en n’importe quelle doctrine anti biblique doit être considéré comme suspect.

La Parole de Dieu est la seule référence infaillible en matière de foi et sur l’analyse du miraculeux. Le miracle confirme la Parole, et non l’inverse. C’est le trait rouge qui souligne l’origine divine de la Parole de Dieu.

 

Des miracles aujourd’hui.

 

Jean 14 : 12 « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père. »

Jésus savait que ses premiers disciples et les disciples de tous les temps accompliraient en divers lieux et durant un temps bien plus long, des miracles analogues aux siens. Pour le Seigneur Jésus, la grandeur d’une chose ne se mesure pas à l’impression visible qu’elle produit.

La régénération ou « nouvelle naissance » est un miracle que le Seigneur Jésus ne pouvait accomplir, durant sa présence terrestre, n’étant pas encore crucifié pour le pardon de nos péchés, ressuscité et puisque l’Esprit Saint n’était pas encore répandu, Jean 7 : 39 et que Sa venue était liée à son départ, Jean 16 : 7-8.

Si quelqu’un qui était sourd à la Parole de Dieu commence à l’écouter, si un homme spirituellement paralysé se met à marcher dans les chemins de la justice, si un égoïste donne généreusement pour l’œuvre d’Elohîm, un débauché mène une vie pure, un escroc restitue des biens volés.

Un timide rend courageusement témoignage de Jésus-Christ, un gangster devient évangéliste… ne s’agit-il pas là, en fait de miracles bien plus grand que de marcher sur la mer, de changer l’eau en vin, de ramasser une pièce dans la gueule d’un poisson ! Des vies remises en ordre sont plus importantes qu’une restructuration de molécules…

 

Pourquoi le don des miracles est-il nécessaire ?

 

Le don des miracles, comme tous les autres dons de l’Esprit, ont un but principal : celui de l’édification du Corps de Christ. En ce qui concerne le don d’opérer des miracles, l’une des façons d’y contribuer est d’ôter tout ce qui fait obstacle à l’Evangile.

Le miracle est employé pour la délivrance dans les situations dangereuses, comme la tempête apaisée Matthieu 8 : 23 ;

pour la délivrance d’une situation injuste, comme l’évasion de la prison Actes 5 : 17-20 ;

ou d’une condamnation à mort, Actes 12 : 5-17 ;

le miracle pour neutraliser les opposants à l’Evangile comme Elymas magicien et faux prophète juif, Actes 13 : 11-12.

Le miracle pour nourrir le peuple, Marc 6 : 36-37 ; pour payer les taxes, Matthieu 17 : 27 ; le miracle afin de ressusciter les morts, Jean 11 : 40-44.

De nombreux réveils au cours du XXe Siècle ont été accompagnés de miracles. La mission est toujours accompagnée de miracles.

 

Aimé CIZERON pionnier de l’Océan Indien vit de nombreuses guérisons de tumeurs au cerveau, de diverses cécités, des délivrances de démonisés, qui propulsèrent l’Evangile de Jésus-Christ à La Réunion, à Maurice, à Rodrigues… C’est la Mission « Salut et Guérison ».

 

Clément Le COSSEC Pasteur breton qui avait à cœur d’évangéliser la Bretagne fut entraîné par un autre peuple venu du fond des âges, le peuple Tsigane. Ce sont les guérisons miraculeuses qui prouvèrent aux Tsiganes que le Christ était réellement vivant.

Ces guérisons contribuèrent à fonder leur foi sur la puissance d’Elohîm.

Pierre LARQUERE et le réveil de Côte-d’Ivoire en 1972. Principalement en Abidjie et sur la capitale Abidjan. En priant simplement au nom de Jésus avec son épouse Denise au micro :

De la foule un aveugle s’écrie : « je vois ! », un paralytique lâche ses béquilles et s’écrie : « je marche » ; un sourd se met à louer Jésus pour l’ouïe retrouvée ; un boiteux se met à courir…Suite à cela, le Président de la république ivoirienne, Monsieur Félix Houphouët-Boigny , arrête les compétitions sportives pour prêter gracieusement le stade d’Abidjan pour la Mission…

 

Conclusion : Le don d’opérer des miracles est la capacité donnée par le Père d’accomplir, de faire se produire des actions qui sont surnaturelles, qui dépassent les lois de la nature. Les miracles sont des actes indiscutables, des prodiges qui émerveillent, des signes qui « parlent » et témoignent de l’existence et du pouvoir divin.

Les miracles de Jésus ont été l’acte, dont l’Evangile a été la Parole ! Il y a souvent un rapport étroit entre les déclarations ou promesses divines, et un acte miraculeux : sitôt après avoir dit : « je suis la lumière du monde » Jésus guérit un aveugle de naissance, Jean 8 : 12 ; 9 : 5-7.

Jésus déclare : « je suis la résurrection et la vie ».Et il fait sortir Lazare du tombeau ! Jean 11 : 25, 43.

L’opération des miracles produit des œuvres de puissance pour la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ et son Père, en vue de l’édification et de l’accréditation du Corps de Christ, dont il est le Chef, la Tête, le Berger. Les miracles ne sont pas un but, mais un moyen pour Dieu d’attirer l’attention sur lui, sur le Christ-Jésus, sur la personne et le ministère de l’Esprit Saint.

Toutefois, ne fixons pas nos yeux ni notre foi sur le miracle, si grand, si merveilleux soit-il ! Mais gardons toujours nos yeux, notre foi, notre joie sur Jésus-Christ, le Maître, le Sauveur, l’Auteur et la récompense suprême de la foi ! Les actes font croire aux paroles !

 

Jean 5 : 36 « Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais témoignent de moi que le Père m’a envoyé. »

 

Le don des miracles glorifie particulièrement le Père, et c’est un don que nous devrions voir se manifester aujourd’hui plus que jamais, selon la promesse de Jésus. Notre Père aime faire des miracles, et il aime utiliser ses enfants dans l’exercice de ce don.

Le pouvoir de faire des œuvres plus grandes vient du fait que Jésus est monté au ciel et qu’il a envoyé la plénitude de son Esprit Saint à la Pentecôte, la mettant désormais à la disposition de tous ses disciples répandus dans le monde entier. Prions pour que la puissance de notre Père céleste se manifeste pour résoudre nos problèmes d’aujourd’hui ; que ce don se manifeste également par les autres membres du Corps de Christ.

 

Attendons-nous au déploiement de sa puissance au milieu de nous…

 

Pasteur Alain TRICHARD

 

source : https://www.pasteurdaniel.com/index.php/dons-spirituels/1235-1060

 

Commenter cet article